Rallye Belgique

Rallye Belgique

Quel choix pour Thierry Neuville ?

Depuis plusieurs semaines, les discussions vont bon train quant à l’avenir de notre compatriote Thierry Neuville en WRC. Cette saison, il a signé plusieurs belles performances au volant de la Hyundai i20 WRC. Néanmoins, il y eut aussi quelques moments de doute et des prestations plus effacées. De nombreux observateurs avaient placé beaucoup d’espoirs dans l’équipe coréenne, mais les résultats ne sont pas toujours au rendez-vous. Depuis ses débuts en 2014, il y a bien eu des progrès, mais ceux-ci sont assez lents. Et alors que l’on s’attendait à voir Thierry Neuville exploser définitivement, notre meilleur rallyman actuel n’est pas en mesure de se battre pour le titre mondial. Il doit même composer désormais avec les performances de son équipier Hayden Paddon. Si nous nous réjouissons de voir le Néozélandais percer au plus haut niveau, sa progression fulgurante commence à mettre à mal le statut de pilote n°1 de Neuville chez Huyndai.

Le but ici ne sera certainement pas de dire ce que Thierry doit faire ou ne pas faire. Lui seul a toutes les cartes en main pour prendre une décision. Et ses choix de carrière, qui sont aussi des choix de vie, ne reviennent qu'à lui et à ses proches. Mais comme il est de bon ton de commenter tout ce qui se passe, même lorsqu’on est dans l’ignorance, nous ne passerons pas à côté de cette occasion de débattre du futur de notre pilote maison.

 

0Neuville9.JPG

 

Il y a quelques mois déjà, un passage de Neuville chez Volkswagen avait été évoqué. Un tel changement serait tout de même très risqué. Thierry serait-il en mesure d’affronter l’ogre Ogier, a la forte personnalité, dans une même équipe ? François Duval avait fait un choix comparable en rejoignant Sébastien Loeb chez Citroën en 2005, et cela avait finalement nuit à sa carrière. Nul doute qu’il pourrait en être de même pour Neuville si il rejoignait Ogier. Et de plus, Volkswagen dispose d’autres excellents pilotes avec Latvala et Mikkelsen, ainsi que d’une réserve de jeunes, à savoir Lappi et Tidemand, via la marque-sœur qu’est Skoda. D’ailleurs cette piste Volkswagen est de moins en moins évoquée ces dernières semaines.

 

On parle aussi parfois d’un retour de Thierry chez Ford. Il avait été vice-champion du monde en 2013 avec la Fiesta WRC. Mais les choses ont changé depuis. Les résultats de l’équipe M-Sport sont en déclin depuis l’année passée. Ott Tanak fonctionne au coup par coup, tandis qu’Elfyn Evans fonctionne… ou ne fonctionne plutôt pas ! La Fiesta WRC pourrait être la voiture la moins performante des 4 WRC actuelles, bien qu’il soit difficile de juger ces jeunes pilotes qui n’ont que peu de références. Toujours est-il que le choix de Ford pourrait s’avérer très dangereux pour Thierry, qui n’est pas sur de retrouver chez M-Sport les mêmes performances que chez Hyundai. Mais l’équipe de Malcolm Wilson ne manque jamais de ressources pour revenir au premier plan…

 

Il y aussi l’équipe Citroën. La DS3 WRC est restée une excellente voiture. Le manque de résultats de la marque aux chevrons ces derniers temps est probablement plus lié à ses pilotes qu’à leur monture. Si Mads Ostberg est très régulier, il ne gagne pas et semble un peu juste pour se battre pour le titre. Et si Kris Meeke peut être extrêmement rapide et jouer la victoire, il commet encore trop d’erreurs que pour bien figurer au championnat. Yves Matton, le directeur de Citroën Sport, a d’ailleurs émis le souhait de changer sa paire de pilotes l’an prochain. Yves Matton, un autre de nos compatriotes qui pourrait être une belle porte d’entrée pour Thierry chez Citroën. Seul bémol, et il est de taille, un retrait de l’équipe française en 2017 est plus qu’évoqué. Il va donc de soi qu’un passage chez Citroën sans garantie d’avenir ne serait pas une solution idéale pour notre germanophone volant.

 

Et puis, il reste bien sûr la possibilité (plus probable ?) de rester chez Huyndai. Thierry commence à connaitre la maison, celle qui lui a donné sa première victoire mondiale l’an passé. Une nouvelle voiture arrive pour l’an prochain, et qui sait si elle ne pourrait pas être en mesure de rivaliser avec Volkswagen ? Thierry dispose sans doute d’éléments lui permettant de juger du futur de la marque coréenne en rallye mieux que n’importe lequel d’entre nous.

 

Enfin, il y a la piste Toyota. La marque japonaise devrait faire son retour officiel en rallye d’ici 2 ans, et pourrait y investir des moyens considérables. Alors, à la manière de ce qu’a fait Sébastien Ogier en se liant à Volkswagen bien avant que la Polo WRC ne soit alignée en course, un pilote de pointe pourrait rejoindre Toyota dès maintenant. Cependant, beaucoup de doutes planent encore sur l’engagement de la marque. Avec quelle voiture et via quelle structure seront-ils présents ? Ces interrogations ne cachent-elles pas un manque d’organisation et un flou plus large encore ? Le retour de Toyota pourrait être un pétard mouillé, un peu à la façon de son passage manqué en Formule 1 il y a quelques années. Rejoindre les Japonais pourrait donc aussi être très risqué.

 

Les possibilités qui s'offrent à Thierry Neuville sont donc nombreuses. Si la situation est celle qu'elle est actuellement, on sait à quel point tout peut évoluer rapidement en rallye. Nul ne sait de quoi demain sera fait. Et l'important est finalement qu'un pilote belge soit au plus haut niveau et montre qu'il peut se mesurer aux meilleurs du monde. C'est ce que Thierry fait depuis plusieurs saisons maintenant. Souhaitons juste qu'il puisse continuer à nous faire vibrer encore bien des années, et peut-être déjà à la fin de ce mois en Allemagne...



12/08/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sports pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 11 autres membres