Rallye Belgique

Rallye Belgique

The Authentic Race ?

Le week-end dernier s’est déroulé le Spa Rally, deuxième manche du championnat de Belgique de la discipline. Il s’agissait de la première édition de cette nouvelle épreuve. Nouvelle épreuve ? Aux yeux de certains, pas tout à fait. Il ne s’agit évidemment pas de la première épreuve de cette envergure organisée à Spa. Jusque l’an passé, les Boucles de Spa avaient toujours lieu dans cette même ville. Une longue polémique, pas encore éteinte, a entouré fin 2014 le déménagement de ces Boucles de Spa vers Bastogne et la création d’une nouvelle épreuve tout de suite après à Spa, le tout mêlé à des enjeux politiques parfois sans lien avec le sport. Cette nouvelle épreuve a rapidement pris le surnom de « The Authentic Race », appellation que lui ont donnée ses organisateurs. Mais posons-nous la question. Le Spa Rally s’inscrit-il dans la lignée des Boucles de Spa, et puise-t-il dans l’histoire de ces Boucles son côté authentique ? Ou bien s’agit-il d’une épreuve réellement à part qui se distingue des autres par un retour à certaines valeurs essentielles ?

 

Nous ne reviendrons pas sur la polémique qui entoure ce changement d’épreuve à Spa. Ni d’ailleurs sur les nombreuses polémiques nées pendant la course, que ce soit au sujet des reconnaissances illicites, de l’attribution de certains temps forfaitaires, ou de la modification tardive de certains morceaux du parcours. Ni même sur la pertinence d’accepter en BRC une épreuve totalement nouvelle sans garantie sur la qualité de son organisation. Laissons cela à d’autres personnes mieux placées pour en parler.

 

Chez beaucoup d’équipages et de spectateurs régionaux, l’enthousiasme était de mise depuis l’annonce d’un retour du championnat « Inter » à Spa. On a d’ailleurs pu lire ou entendre qu’il s’agissait d’une première depuis la dernière édition « moderne » des Boucles de Spa en 2004. Ce qui n’est pas tout à fait vrai. C’est oublier l’Ardenne Bleue Rallye, depuis devenu East Belgian Rally, qui fut créé en 2005 et qui se déroulait dans ses premières années en grande partie dans la région spadoise. Soit. Il est quand même apparu qu’une grande partie de la communication entourant la création de ce rallye était basée sur l’histoire du rallye à Spa et sur une sorte de revival des Boucles de Spa modernes. En égratignant parfois Pierre Delettre et son équipe, mais passons aussi cette polémique. Le Spa Rally peut-il être considéré comme un retour aux « sources » du rallye à Spa, et a t-il le même esprit que celui qu’avaient les Boucles de Spa dans les années 70, 80 ou 90 ?

Le Spa Rally se déroule à la mi-mars. C’est environ un mois plus tard que la date historique des Boucles, mi-février, avec ce que cela implique, soit une probabilité plus faible de conditions météorologiques hivernales. Par contre, le Spa Rally débute le vendredi soir pour se terminer le samedi soir. Il est vrai que cela ne plait pas à tout le monde, mais cela a le mérite de nous ramener à un format aujourd’hui en désuétude mais qui était celui des Boucles et d’autres épreuves prestigieuses par le passé.

 

Cependant, c’est au niveau du parcours que la comparaison est la plus attendue. Et c’est à ce même niveau que les plus grosses différences apparaissent finalement. La richesse des Boucles de Spa résidait en grande partie dans son parcours typiquement ardennais et regorgeant de lieux mythiques. Le Spa Rally a su reprendre certains de ces hauts-lieux, mais pas tous. Une partie de la Clémentine, une partie de Ster incluant le jump, et Barisart – Creppe avec le cimetière de Winamplanche mais sans le gué des Artistes. Tout cela mis ensemble correspond plus au moins au quart du parcours du Spa Rally. Cela signifie que les trois quarts restant n’étaient en rien classiques du parcours légendaire des Boucles de Spa. Il est donc très difficile de prétendre que le parcours de ce Spa Rally s’inscrit dans la lignée du prestigieux parcours des Boucles. Il s’agit bien ici d’un parcours différent, bien que d’excellente qualité, et l’appellation « authentique » ne doit pas pouvoir suggérer un véritable retour à l’esprit des Boucles de l’époque.

 

Mais parlons quand-même de ce parcours. Il fut plébiscité par tout le monde le week-end dernier. L’organisateur, qui a du mettre sur pied l’épreuve en quelques mois à peine, a tout de même réussi l’exploit d’avoir 8 spéciales de grande qualité à proposer. Peu d’épreuves peuvent s’en vanter. Le vendredi soir, il y avait Ster, classique des Boucles remanié, Fays, tracé récupéré de la Coupe des Sources, et la Clémentine, complétée par une partie de la spéciale des Bansions qui fut un classique du Rallye des Hautes-Fagnes. Le samedi, ce fut au tour de Creppe, de Ferrières, ancien classique du Rallye Police-Gendarmerie, d’Ouffet et de Sparmont, deux spéciales qui furent au programme des Boucles de l’Ourthe à leur grande époque puis ensuite du Criterium Michel Ledent, et enfin d’Hodbomont, spéciale qui fut utilisée par l’Ardenne Bleue Rallye et par les Legend Boucles. Aucune des spéciales n’était donc totalement nouvelle mais toutes étaient des versions plus ou moins remaniées de tracés empruntés à d’autres épreuves, disparues ou existantes. Mais au final, cela donnait un parcours extrêmement beau et relevé. Un mélange d’Ardennes et de Condroz, d’asphalte et de terre, souvent vallonné et rapide.

Finalement, la seule critique qui peut être faite au parcours concerne plutôt son découpage. Des spéciales éloignées les unes des autres et imposant aux équipages comme aux spectateurs des liaisons parfois trop longues. Les spectateurs étaient ainsi répartis aux quatre coins du parcours avec pour conséquence un gros déficit d’ambiance à Spa et dans ses environs directs. Des améliorations devront être apportées l’année prochaine à ce niveau. Et cela impliquera peut-être de prendre la décision (nécessaire ?) d’abandonner des spéciales trop excentrées. Si ces problèmes sont corrigés pour l’an prochain, nous pourrons peut-être apprécier encore plus ce parcours, qui est peut-être le plus beau de Belgique !

Mais attention, le plus beau ne veut pas pour autant dire le plus authentique. Si le Spa Rally est en mesure d’avoir un caractère authentique, terme très subjectif, il n’est pas juste de l’appeler « The Authentic Race ». Les autres épreuves doivent-elles forcément ne pas être authentiques ? Non, le Spa Rally n’est pas plus authentique les autres. Une organisation de qualité et un parcours relevé sont suffisants pour qu’une épreuve ait une identité propre, et il ne lui est alors pas nécessaire de se mettre en concurrence avec les autres, même si d’autres organisateurs de la région ont aussi la prétention d’avoir l’épreuve la plus authentique…

 

En explorant avec succès les routes de la vallée de l’Ourthe, les organisateurs de ce Spa Rally se sont donnés de très bonnes pistes pour l’avenir. Il ne leur reste plus qu’à oser se détacher du poids de la filiation des Boucles de Spa et ne plus être que le Spa Rally, ou tout autre nom que l'épreuve pourrait avoir à l'avenir, ce qui est sûrement tout aussi glorieux...

 

0Cherain3.JPG

 

Enfin, il subsiste une dernière polémique liée à ce Spa Rally, qui pourrait encore faire débat dans les mois qui viennent. 9 épreuves en BRC, c’est trop ! Il est probable qu’en cours de saison, plusieurs candidats au titre jettent l’éponge par manque de budget ou manque de temps. La solution pourrait être d’avoir 2 championnats à 6 épreuves, un championnat D1 destiné aux R5 et un championnat D2 destiné aux WRC. Mais avant de mettre en place un second championnat, il faudra que le RACB parvienne à garantir le bon déroulement du premier…

 

0Princen2.JPG



19/03/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sports pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 11 autres membres