Rallye Belgique

Rallye Belgique

Rally van Looi 1988

Ce samedi 22 aout après-midi a lieu le Memorial Rally van Looi. Cette sympathique initiative permettra de commémorer les 20 ans de la dernière édition en date de cette mythique épreuve, c'était en 1995. Attention, il ne s’agit que d’une balade touristique à parcourir à une moyenne kilométrique assez faible et nullement d’un rallye de vitesse sur routes fermées. Ce sera en tout cas l’occasion pour les participants et les suiveurs de retrouver des routes et des lieux mythiques de l’épreuve. Et même de revoir Patrick Snijers sur une Toyota Celica GT4 et Valère Vandermaesen sur une Mercedes 190E en partie semblables à celles qu’ils ont pilotées dans l’épreuve campinoise à l’époque. Si vous souhaitez vous y rendre, sachez que le centre de l’épreuve sera tenu au centre culturel Het Loo à Tessenderloo. Rendez-vous sur www.rallyvanlooi.be pour plus d’informations.

 

Pour l’occasion, nous allons revenir sur une des éditions les plus mémorables du Rally van Looi, celle de 1988 qui était la première dans le cadre du Championnat de Belgique des rallyes internationaux. L’épreuve, créée dans les années 70, a rapidement gravi les échelons en devenant un classique du VAS (le championnat provincial flamand) puis en accédant au championnat national en 1985. Et après une édition 1987 particulièrement réussie, il était logique qu'elle accède à « l’Inter » l’année d’après.

 

                Le plateau de l’édition 1988, qui a lieu les 22 et 23 octobre, est d’un très haut niveau. On retrouve tous les cadors du Groupe A de l’époque, exception faite de Vandewauwer. Patrick Snijers, Robert Droogmans, Guy Colsoul, Marc Soulet, Ivan Viaene, Valère Vandermaesen et même Lars-Erik Walfridsson sont de la partie, tout comme Marc Duez sur la Golf GTi sponsorisée par Auto 5. Il en va de même en Groupe N avec les présences de Grégoire De Mévius, tout jeune papa d’un petit Ghislain, Didier Monin, Vital Budo, Omer Saelens, Dirk Vermeersch et Michel Maes.

 

                Quant au parcours, il regroupe à peu près toutes les spéciales classiques en devenir de la région. Il y a les plus proches du centre que sont Gerhagen, Rodeberg ou Oosterbergen, qui comportent un beau pourcentage de terre. Il y a des spéciales plus éloignées et plus courtes, à Westerlo et à Olen. Et il y aussi 2 spéciales dans des camps militaires, à Grobbendonk (nous en avions déjà parlé en évoquant le Kempen Rally 1979) et à Leopoldsburg. Cette dernière spéciale est entièrement interdite au public, comme quoi la vie des spectateurs n’était pas toujours si rose que ça à l’époque !

Gerhagen.jpg

La spéciale de Gerhagen. La première du rallye et aussi une des plus longues.

 

                Mais 1988, c’est LA saison de Patrick Snijers. L’osmose est parfaite avec la BMW M3 de chez Prodrive. Il gagne presque tout, des Boucles de Spa au Manx Rally et ses petites hyper bosselées sur lesquelles il excelle cette année-là. Seul Ypres lui échappe encore et toujours. A cette époque, Snijers entretient même des contacts avec des équipes d’usine pour se lancer en championnat du monde et son passage chez Toyota pour un programme en mondial est déjà évoqué (il ira bien chez Toyota mais n’y recevra ni le programme ni le matériel escompté).

 

                Et le Rally van Looi confirme rapidement la domination outrageuse de Snijers. Droogmans et sa Sierra RS Cosworth disparaissent des classements le premier jour, laissant au Grand Limbourgeois le soin d’aligner les scratchs. Valère Vandermaesen, sur Mercedes, occupe le deuxième rang mais l’écart se creuse rapidement. Quant à Marc Duez, dont la participation aura surtout permis aux spectateurs d’apprécier les passages généreux et les quelques écarts de trajectoire, il abandonne sans jamais s’être réellement mêlé aux premiers rôles. Il faut dire que sa « petite » Golf ne fait pas le poids face aux propulsions bien plus puissantes de ses adversaires.

                La fin de la première journée est marquée par l’abandon de Valère Vandermaesen, trahi par son moteur. Quelques semaines après avoir perdu la victoire à l’Omloop van Vlaanderen dans des circonstances similaires, le régional de l’étape est à nouveau malchanceux ici. Snijers est plus qu’inabordable et le seul suspense qui demeure pour la seconde journée réside dans le duel pour la deuxième place que se livrent désormais Guy Colsoul (Mitsubishi Starion Turbo) et Marc Soulet (Ford Sierra RS Cosworth). Un face-à-face qui tourne finalement à l’avantage du laitier de Landen pour 3 petites secondes à peine. Mais à plus de 6 minutes de Snijers tout de même ! Derrière ce trio de tête, Ivan Viaene termine 4e en Sierra RS Cosworth. Il devance le vainqueur du Groupe N, Grégoire De Mévius et sa Mazda 323. Suivent Vermeersch, Saelens et Monin dans cet ordre.

                  La 9e place est celle des vainqueurs de la classe A7, les frères Brouwers sur Opel Manta. Le top 10 est cloturé par Vital Budo sur une Renault 21 Turbo totalement inadaptée ! Et on retrouve encore quelques noms connus dans la suite du classement. Frank Broekaert et sa BMW aux couleurs "Eldi" terminent au 14e rang. Marc Timmers, présent dans le cadre du challenge AX, termine 24e. Et à la 28e place pointe le régional Ronny Hosten sur sa petite Toyota Starlet. Un pilote qui s'est rendu célèbre ces dernières années au volant d'une originale Corolla Kit-Car.

 

                 Et pour savourer entièrement ces souvenirs, voici une vidéo partagée sur youtube par Olivier Lodewijckx, l'un des instigateurs de ce Memorial. Il est peut-etre encore temps de vous y rendre. Le départ est prévu à 13h ce samedi après-midi !

 



22/08/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sports pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 11 autres membres