Rallye Belgique

Rallye Belgique

Lieux mythiques #3 : sur les traces des 500 kilomètres d'Andenne

           Pour ce troisième épisode consacré aux lieux mythiques du rallye belge, nous n’évoquerons pas un mais bien trois endroits différents. Ces trois lieux ont en commun d’avoir figuré à de nombreuses reprises au programme des 500 kilomètres d’Andenne. Cette épreuve qui vit le jour dans les années 60 fut rapidement inscrite au calendrier du championnat de Belgique des rallyes nationaux. Elle y resta jusqu’en 1983 avant d’unir sa destinée à celle de la Ronde du Nouveau Namur pour donner naissance au Rallye de Wallonie. Le parcours des 500 kilomètres d’Andenne était relativement compact et sillonnait les villages proches de la cité des ours : Vezin, Sclayn, Bonneville, Haltinne, Jallet, Perwez, Haillot, Coutisse, …

           Vers la fin des années 80, une nouvelle épreuve provinciale fut créée à Andenne, reprenant une grande partie des spéciales des « 500 kilomètres », sous le nom des Boucles Andennaises. Cette épreuve disparut à son tour dans les années 90 et depuis lors seuls quelques rallyes-sprints ont encore subsisté sur ces tracés entre temps abandonnés aussi par le Rallye de Wallonie suite au refus des autorités communales andennaises d’accueillir l’épreuve sur son territoire.

 

La Ferme du Chant d'Oiseaux

 

           Le premier endroit évoqué se situait sur la spéciale de Vezin, dans le vallon creusé par le ruisseau de la Loysse. Cette spéciale est la seule classique des 500 kilomètres d’Andenne à n’avoir jamais été reprise par le Rallye de Wallonie. C’était aussi la seule à être située au Nord de de la Meuse. Elle comportait pourtant une très belle portion sur terre qui passait devant la Ferme pédagogique du Chant d’Oiseaux. La spéciale débutait le plus souvent près de la Meuse, non loin du café « Le Petit Matelot » et remontait la route longeant la Loysse. A la sortie du bois, le tracé quittait à gauche pour emprunter cette terre, avec directement un premier gauche assez large devant l’entrée de la ferme. C’est dans ce gauche que la plupart des spectateurs se retrouvaient.

           Comme on peut le voir sur les photos ci-dessous, l’endroit n’a pas beaucoup changé. On peut regretter qu’aucune épreuve n’ait emprunté ce tronçon depuis une vingtaine d’années désormais. La première photo provient du site de l'écurie anversoise URRT.

 

Van Rompuy 1979.jpg

001.JPG

 

Coutisse

 

           Ce deuxième lieu mythique a eu le privilège d’être repris à partir de 1984 au programme du Rallye de Wallonie. Et c’est probablement cette épreuve, plus encore que les 500 kilomètres d’Andenne, qui a rendu cet endroit si populaire. Il pourrait s’agir d’un simple quitter gauche, mais ce virage est beaucoup plus que ça. Les pilotes arrivent à vitesse assez importante de la Rue de l'Hospice et doivent prendre à gauche vers Les Ruelles, une route en forte montée. Ce changement brusque de dénivellation, la plaque d’asphalte très glissante dans le virage et l’absence de corde pour se retenir rendent très compliqués les passages à cet endroit. Heureusement, la route y est assez large et permet aux pilotes d’élargir leurs trajectoires en cas de besoin, mais il n’était pas rare d’y assister à des tête-à-queue, surtout en cas de pluie. Les derniers passages dans le village de Coutisse datent du début des années 90.

 

003.JPG

 

Reppe

 

           Pour clôturer ce triptyque andennais, nous nous rendons entre Ohey et Gesves, à Reppe. C’est sur les routes de ce hameau et de ses alentours que se déroulait chaque année une des spéciales « show »les plus appréciées de Belgique. Un tracé qui fut d’ailleurs repris lors des deux premières éditions du Rallye de Wallonie, et plus tard encore par les Boucles Andennaises. Pourtant, il ne s’agit que de quelques virages à angle droit assez classiques, mais l’accès à la spéciale est très facile, expliquant sans doute son succès auprès des spectateurs à l’époque. L’endroit le plus prisé consistait en un T gauche suivi d’un quitter droite, qui pouvait être emprunté aussi bien dans un sens que dans l’autre, tout comme le reste de la spéciale.

           Ces deux virages entre des fermes étaient fréquemment propices aux passages en glisse comme on peut le voir sur cette photo de Jean-Louis Dumont en 1983 que Jean-Claude Legrand a accepté de partager avec nous.

 

1983.jpg



15/07/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sports pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 11 autres membres